url education.gouv.fr

Un atelier vidéo à l'école primaire

Michel Pribyl est professeur des écoles à l’école de Scorbé-Clairvaux (86). Il nous présente une activité au cours de laquelle ses élèves de CM2 illustrent une poésie par un diaporama sonorisé.

  • -
  • 00:04:47

Transcription

Élève 1 : C'est une poésie on va essayer de l'illustrer et de le faire passer en diaporama.
Michel Pribyl : La motivation vient d'amener les enfants déjà à écrire, mêler les arts plastiques, concevoir une idée, se représenter leur projet, manipuler les TICE et aussi l'expression orale. Tout ça c'est des objectifs qui sont dans les compétences à atteindre à l'école primaire.

Le déroulement de l'activité
M.B. : Je leur ai demandé de se regrouper par affinité. Il se trouve que le plus souvent cela se fait par groupe d'âge. Par groupe de trois ou quatre, il ne faut pas être plus parce qu'après il y a des enfants qui ne font rien et ensuite se déterminer sur le choix d'une poésie à illustrer. Ensuite essayer de voir le découpage par plan, essayer de voir ce qu'il va ensemble dans la poésie et coller sur une grande feuille et en face le descriptif de ce qu'on allait faire, comment on allait représenter ça. Donc à partir de là on passe à la réalisation pratique, donc il y a une grande partie arts plastiques avec dessin. À chaque fois la question c'est comment tu vas faire ? Qu'est-ce que tu vas dessiner ? Qu'est-ce que tu vas représenter ? Comment tu vas le représenter ? Par exemple il y a deux sorcières, est-ce que l'on va les animer ? Évidemment on en discute, parfois si c'est vraiment irréalisable j'essaie de leur faire comprendre mais tant que possible ça doit partir d'eux. Après on passe à la réalisation plus technologique qui consiste à scanner les dessins pour les mettre ensuite sur le logiciel de montage, éventuellement pour certains de tourner les séquences image par image, donc pour cela il faut plusieurs pôles.

Les bénéfices pour l'élève
M.B. : L'interactivité est vraiment, je trouve, primordiale et c'est la confrontation des idées qui fait que il y a quelque chose qui émerge. Alors si l'enfant est tout seul, il ne va pas avancer et c'est pour ça que le groupe est intéressant, comme il y a une interaction il y a forcément une idée qui lancé par l'un et qui est prise par l'autre. Peut-être que cela peut leur faire prendre plus de confiance en eux quand ils ont réalisé quelque chose. Peut-être que cela peut avoir également une action dans leur travail quotidien en classe dans leur attitude, dans leurs envies, parce que si il n'y a pas d'envie, pas de désir, il n'y a pas d'apprentissage. Et puis aussi essayer de leur faire comprendre qu'il n'y a rien sans une bonne idée. S'il n'y a pas quelque chose à exprimer d'intéressant ce serait inintéressant pour celui qui le verra. Il ne faut pas se contenter d'être consommateur, il faut être aussi acteur et on peut créer des choses, c'est toujours dans une optique de création. J'espère que ce qu'ils auront vu à l'école, ils le réinvestiront ensuite peut-être au collège, au lycée, et dans leur vie future.

Un apprentissage progressif
M.B. : On s'aperçoit que certains enfants, quelque soit l'âge, on plus de mal à se représenter un concept, une idée que d'autres. Il faut les motiver tant qu'ils ne sont pas passés à l'action du montage ou à l'enregistrement pour eux c'est un petit peu abstrait encore. Il y a aussi la prise de parole, l'expression dans le groupe qui n'est pas évidente, comme d'ailleurs en classe, c'est le même phénomène.

La prise en main des logiciels
M.B. : Les logiciels sont tellement bien pensés sont tellement axés sur l'utilisateur qu'ils se l'approprient très très vite. Je leur prépare l'ouverture du logiciel et je leur montre "tu appuies sur la barre espace ça prend une photo". Je peux montrer ça deux minutes et après c'est fini, cela fait un groupe autonome et ça marche tout seul. Pour ce qui est du logiciel de montage, c'est un petit peu plus complexe, il a un peu plus de paramètres, plus de choses mais là-dessus ce qui est intéressant de commencer avec un groupe de grands, et après quand les grands ont terminé, c'est eux qui font du tutorat, qui montrent aux plus petits, qui les aident à manipuler.

Les réalisations des enfants
Les villes par les filles de CM2
Voix off : Les villes qui ne dorment jamais ne savent pas que la nuit est noire. Que les étoiles se réunissent et dansent. Que les chats blancs chahutent avec les rossignols.

M.B. : Le produit fini, à ce moment là, est tellement gratifiant, je trouve ça captivant, c'est quelque chose de nouveau, d'attrayant qui change complètement d'une routine que l'on pourrait accumuler avec les années.

autre video

Géographie et baladodiffusion

» voir la vidéo
autre video

Produire et publier un roman

» voir la vidéo
autre video

Visioconférence avec des correspondants allemands en CM1

» voir la vidéo
autre video

Un logiciel documentaire en ligne au service de la BCD

» voir la vidéo
autre video

Un projet en CM2 : compilation de carnets de lecture

» voir la vidéo
autre video

Arts visuels et TICE en CM2

» voir la vidéo
autre video

Visio-conférence en anglais à l’école primaire

» voir la vidéo
autre video

Langue des signes et langue française

» voir la vidéo
autre video

Améliorer mes performences sportives avec les TIC

» voir la vidéo
autre video

[Together for Europe] un jumelage eTwinning

» voir la vidéo
autre video

Gestion de l'hétérogénéité et autonomie

» voir la vidéo
autre video

Lecture d'albums et production d'écrits

» voir la vidéo
autre video

Retour de classe de mer et création d'une page internet

» voir la vidéo