url education.gouv.fr

Langue des signes et langue française

Laure Ghalmi, enseignante spécialisée aux « Les Hirondelles », décrit l’expérimentation d’un nouveau logiciel pédagogique, utilisé ici dans une séquence d’apprentissage en grammaire avec des élèves de CM1-CM2. Rencontres de l'ORME 2009.

  • - Institut régional des sourds et aveugles de Marseille (IRSAM)
  • 00:05:06

Transcription

Laure Ghalmi, enseignante spécialisée : C’est un enseignement spécialisé où on essaie de travailler dans le cadre du bilinguisme. Cette année, primaire : un CM1 et un CM2, mais des élèves qui sont un peu plus âgés. C’est à dire que certains ont 12 ans, une a 14 ans en difficultés scolaires. Sinon, on suit le programme de l’Éducation nationale de près ou de loin. C’est vrai qu’en français, avec beaucoup plus de difficultés que dans les autres disciplines. On utilise très peu les manuels scolaires tels qu’ils sont faits. En fait, comme base de programme au niveau de la théorie. Mais, après, ils sont très peu accessibles par nos élèves. Parce qu’on est quand même en difficulté, dont beaucoup sont non-lecteurs. Et les exemples sont toujours trop compliqués au niveau du vocabulaire. Donc, on est sans cesse en train de faire des montages, des recherches, d’inventer des exemples.

Un outil adapté
L. G. : Alors, cet outil, c’est Loïc Carvageant qui nous a contacté il y a deux, trois mois avec cette volonté de créer un logiciel qui serait une aide pour nous dans l’enseignement du français. Au départ, on s’est rencontré par rapport à la linguistique avec lui et un adulte sourd, moi-même. Et c’est vrai qu’on a échangé sur la pratique pour voir comment on pouvait la mettre en place. On a utilisé le thème d’adverbe et adjectif parce que c’est le thème qui a été travaillé ce trimestre. Donc, voir comment on pouvait l’illustrer. Et à partir de là, c’est lui qui a monté les exemples, les a travaillés au niveau de la langue des signes avec Jérémy Arnal, un adulte sourd qu’on voit sur la vidéo, ici. On a fait une première séance. Sur cette première séance, on s’est rendu compte de quelques petites adéquations, de choses qui n’étaient pas judicieuses. Donc, on l’a un petit peu modifié.

Les objectifs du projet
L. G. : C’est un projet, qui a pour but d’en fait essayer de voir en quoi, ça peut être un outil, en quoi ça peut être complémentaire, en quoi on peut l’utiliser dans notre enseignement de la langue. L’important, c’est de multiplier les exemples et de passer beaucoup de temps sur la prise de sens. Et le point de départ, là, c’est la langue des signes qui est quand même la base. Et justement, le bilinguisme est vraiment la base de notre enseignement. C’est vraiment important. À partir de la langue des signes, tous ces concepts vont prendre encore plus de sens et vont pouvoir après être beaucoup plus analysés sur le plan de la structure.

Les apports du logiciel
L. G. : Il faut le voir à la fois comme une batterie d’exercices. C’est-à-dire, après avoir compris une notion, comment on va pouvoir l’évaluer avec l’aide de la langue des signes, multiplier les exemples, un entrainement. Mais aussi, c’est le point de départ pour pouvoir après approfondir dans chacune des langues ces notions. Parce qu’une fois que le sens est compris, et bien au niveau de la structure, au niveau des règles, au niveau des irrégularités, tout ça est à approfondir.

L’usage de la vidéo
L. G. : La langue des signes a une structure qui est complètement inverse à la langue française. Donc, travailler les deux langues en parallèle, c’est vraiment bien. Et là, l’utilisation de la vidéo, ça permet aussi d’avoir une langue des signes parfaite, puisque c’est un adulte sourd qui signe et donc, de ne pas avoir de fautes de traduction. On a une bonne base pour pouvoir travailler après les structures.

L’adhésion des élèves
L. G. : Déjà, il y a l’outil qui est très attractif. Il y a aussi la langue des signes parce que c’est vrai que la prise de sens tout de suite, c’est vivant. Donc, ils ont l’air de vraiment bien accrocher et ils sont intéressés. D’ailleurs, là, ce matin, il y a un des deux groupes qui avait du mal à arrêter. C’est vrai que c’est bien, c’est une bonne expérience.

Pour en savoir plus : L'école pour tous.

autre video

Géographie et baladodiffusion

» voir la vidéo
autre video

Un atelier vidéo à l'école primaire

» voir la vidéo
autre video

Produire et publier un roman

» voir la vidéo
autre video

Visioconférence avec des correspondants allemands en CM1

» voir la vidéo
autre video

Un logiciel documentaire en ligne au service de la BCD

» voir la vidéo
autre video

Un projet en CM2 : compilation de carnets de lecture

» voir la vidéo
autre video

Arts visuels et TICE en CM2

» voir la vidéo
autre video

Visio-conférence en anglais à l’école primaire

» voir la vidéo
autre video

Améliorer mes performences sportives avec les TIC

» voir la vidéo
autre video

[Together for Europe] un jumelage eTwinning

» voir la vidéo
autre video

Gestion de l'hétérogénéité et autonomie

» voir la vidéo
autre video

Lecture d'albums et production d'écrits

» voir la vidéo
autre video

Retour de classe de mer et création d'une page internet

» voir la vidéo