url education.gouv.fr

Visio-conférence en anglais à l’école primaire

Karine Lemaçon nous présente un projet de visioconférence en anglais avec ses élèves de CM1/CM2.

  • - Ecole à Elancourt (78)
  • 00:07:24

Transcription

Karine Lemaçon : Le dispositif de la visio-conférence : ceux sont des séances d’une demi-heure, à raison d’une séance d’anglais sur 3 ou sur 4, selon les écoles. Ça dure 30 minutes. Ça met en relation avec un intervenant à l’étranger, un professeur ou une étudiante de langue anglaise.

Valentin : Elle s’appelle Dina. Elle nous pose des questions. On va être filmé au moins une fois en répondant à une question. Ça dépend, il y en a qui font à trois questions, il y en a qui font une question.

Dina : Hello. Hi again !

K. L. : Good afternoon. Hi again !

La classe : Good afternoon !

Dina : Hi. Hello everyone ! Are you ready to start ? Can you hear me ok ?

K. L. : Yes we are. That’s ok.

Le dispositif technique
K. L. : Je me connecte sur internet. Je vais sur le site de l’entreprise avec laquelle on travaille. Et j’établis la liaison avec la personne qui est à l’étranger. J’ai un ordinateur. On a un écran à TNX, une webcam, des enceintes et un micro, bien sûr.

Dina : The weather. We’re going to talk about the weather, today. What’s the weather do you like ? The sun is shining in Paris.
Lucie, can you repeat : the sun is shining in Paris.

Lucie : The sun is shining in Paris.

Dina : In Paris. Welldone Lucie !

La préparation
K. L. : Avant la visio-conférence, on travaille sur tout le vocabulaire, toutes phrases. Moi, j’ai accès au déroulé de la visio-conférence avant. Donc, je vais travailler sur toutes les phrases, toutes les questions qu’on va leur poser. Et surtout, sur tout le vocabulaire et le lexique qu’on travaille avant.

Dina : Can you come to the board, Angie, and fill in the blacks, please ?

… K. L. : Après, on va réinvestir tout ce lexique. Avant, on le travaille plutôt à l’oral et puis après, on va le travailler à l’écrit. On va avoir des traces écrites de manière à pouvoir le réviser et le réutiliser.
… Is that ok ?

Dina : Honey, I know, this is Hawai. But what is this say, honey ?

K. L : Read it !

Une élève : The sun is shining in Hawai ?

Dina : Ah… ok. Good try ! The sun is shining.

L’apport de la visio-conférence
K. L. : L’intérêt pour moi c’est que pendant trente minutes, les élèves baignent dans l’anglais, vraiment. Ils sont face à une personne anglaise. Ils lui parlent en anglais, ils ne lui parlent pas du tout en français. On a du mal à obtenir ça dans une leçon d’anglais. En classe, ils ont toujours tendance à traduire ce qu’on dit, à essayer de traduire les questions et puis, de temps en temps, à parler en français. Entre eux, surtout.

Dina : It’s not sunny in New-York.

La classe : It’s not sunny in New-York.

Dina : It’s snowing.

La classe : It’s snowing.

La participation des élèves
K. L. : Il y a deux cas de figure.
Dans la classe qu’on a vue là, le micro circule relativement facilement. On a mis du temps à obtenir ça. Ca circule facilement. Et on va dire qu’ils réfléchissent en attendant le micro.
Avec des plus petits, là, c’est plus compliqué parce qu’ils s’occupent du micro. Mais, du coup, ils n’écoutent pas la question qu’on est en train de leur poser. Ca c’est un gros inconvénient pour les plus petits, on va dire.
Pour les plus grands, parfois, il y a un petit temps d’arrêt, parce qu’ils ont le micro et qu’ils continuent à réfléchir à leur réponse. Mais, ça circule relativement rapidement et ça se passe plutôt bien.

Un élève : On apprend tout ce qui est le temps, la météo, les températures. Et on apprend aussi quelle température il y a dans des grandes villes.
Surtout de parler avec une vraie anglaise. J’ai pas eu l’habitude au début. Souvent, je ne parlais pas avec le ton. Mais, c’est un peu difficile.

Anaïs : Ça nous a permis d’essayer de faire comme si on parlait à quelqu’un, qu’on lui demandait la météo. De temps en temps, elle parle un peu vite, donc, on ne la comprend pas très bien. Mais, sinon, elle n’emploie pas des mots très durs. Elle nous montre les documents par rapport à son dialogue.
K. L. : Disons que moi, ça me pousse à leur faire travailler des choses que je n’aurais pas eu forcément l’idée de travailler. Des tournures de phrases complètement insérées au dialogue. Parce que les déroulés sont vraiment axés sur un dialogue avec changement de pronoms personnels. Ce genre de choses qu’on ne travaille pas forcément dès le départ, en anglais et qui sont assez compliquées. Moi, ça me force à leur faire travailler ça dès le départ. C’est un plus. Par contre, c’est très difficile pour eux. Pour les classes qui sont déjà sur leur troisième année en anglais, ça va. Pour ceux qui sont plus jeunes en anglais, c’est plus compliqué.

Dina : Welldone everyone. We’ve finished today. Good job. Now, you know all about the weather.

K. L. : Thank you Dina. Goodbye. See you next week !

autre video

Géographie et baladodiffusion

» voir la vidéo
autre video

Un atelier vidéo à l'école primaire

» voir la vidéo
autre video

Produire et publier un roman

» voir la vidéo
autre video

Visioconférence avec des correspondants allemands en CM1

» voir la vidéo
autre video

Un logiciel documentaire en ligne au service de la BCD

» voir la vidéo
autre video

Un projet en CM2 : compilation de carnets de lecture

» voir la vidéo
autre video

Arts visuels et TICE en CM2

» voir la vidéo
autre video

Langue des signes et langue française

» voir la vidéo
autre video

Améliorer mes performences sportives avec les TIC

» voir la vidéo
autre video

[Together for Europe] un jumelage eTwinning

» voir la vidéo
autre video

Gestion de l'hétérogénéité et autonomie

» voir la vidéo
autre video

Lecture d'albums et production d'écrits

» voir la vidéo
autre video

Retour de classe de mer et création d'une page internet

» voir la vidéo